Partager :
myakishev-aleksey-

http://myakishev.viewbook.com

Biographie

Photographe russe indépendant, Aleksey Myakishev s’inscrit dans le courant de la photographie humaniste. Autodidacte, il a appris la photographie en étudiant, du temps de l‘URSS à la bibliothèque municipale, des ouvrages sur la peinture. Un temps sous l’influence de Cartier-Bresson, il développe aujourd’hui un style photographique qui poursuit cette tradition de l’instant décisif, en y adjoignant une profonde empathie pour ses sujets. Ses projets photographiques au long cours dans les provinces russes, sont réalisés uniquement en argentique.

 

Né en 1971 à Kirov (Vyatka) en URSS. Journaliste professionnel depuis 1991. En 1999 il s’installe à Moscou. Ses travaux ont été publiés dans de multiples périodiques en Russie (Newsweek, Kommersant) et en Finlande (Helsingin Sanomat, Apu magazine, Talouselämä), etc. Il a organisé une vingtaine d’expositions personnelles en Russie, Allemagne, France, Autriche, Canada, République Tchèque. En 2013 ses photographies ont été finalistes dans la catégorie Lifestyle du Sony World Award et exposées à Londres dans la maison Somerset. Publication en 2014, de son premier livre Vyatka. Il est ambassadeur Leica pour la Russie en 2018.

Le nord russe

La connaissance consciente et la compréhension du nord Russe me sont apparues à la lecture d’un recueil d’histoires de Yuri Koval «Le bateau le plus léger au monde». Quand depuis la bruyante agitation de Moscou, tu te retrouves soudain dans un endroit où l’âme chante. Au fil des expériences tirées de mes différents séjours dans ces régions et la rencontre avec les gens qui les habitent, je me suis épris de ces lieux que Koval a décrits. La région de Vologda, la région de Kostroma, la région d’Arkhangelsk, la Carélie, les îles Solovki ne sont en fin de compte que des points géographiques nominaux qui fournissent des lignes directrices pour une meilleure compréhension du Nord russe. Les tirages photographiques – impressions du temps et de lieux – ne nous donnent qu’une petite idée des gens qui habitent ces régions. Au début de l’année 2011, je suis arrivé dans le petit village de Kolodozero en Carélie, et ma rencontre avec le prêtre de ce village Arkady a été l’inspiration de ma longue histoire avec le nord russe. Toute la tragédie et le bonheur de la vie d’Arkady m’ont convaincu que le nord peut t’entraîner et t’avaler sans laisser de traces. Après plusieurs années d’errance dans le nord-ouest de la Russie, je comprends que j’ai touché à un étonnant monde vierge de l’énigmatique âme russe.

https://alekseymyakishev.photoshelter.com/index

Votre premier souvenir photographique, la première émotion

J'étais encore adolescent. En 1986, mon amie Sasha m'a prêté un appareil photo soviétique "Viliya" pour un voyage à Leningrad (Saint-Pétersbourg). J'ai pris une pellicule et je ne savais pas comment la rembobiner correctement. J'ai déchiré toutes les perforations du film, mais j'ai pu le développer. Ensuite, dans la petite pièce de Sasha, nous avons couvert toutes les fenêtres avec des couvertures pour faire une pièce sombre. Une lumière rouge, une odeur de développeur et la magie d'une image apparaissant sur un morceau de papier m'ont fortement marqué.
 

Le ou la photographe qui a suscité votre passion

Je me souviens très bien de ce moment. C’était en 1995. Je travaillais déjà comme reporter photo pour un journal local à Vyatka. J’ai fait la connaissance d’un allemand.  Il s’appelait Hans Puttnies, il était professeur à l’école de photographie de Düsseldorf. Je lui ai montré mes photos. A cette époque, je cherchais mon propre style et j’avais beaucoup de photos dans le style pictorialiste. Mais Hans a attiré mon attention sur un photographe que je ne connaissais pas auparavant. C’était un petit livre, « à propos de Paris » de Henri Cartier Bresson. Après ces images, j’avais une irrésistible envie de sortir dans la rue et de capturer la vraie vie.

 Votre première photographie

J’ai été élevée par ma grand-mère. Elle a vu ma passion pour la photographie et m’a donné un appareil photo Zenit-11. C’était cool pour un écolier soviétique. Et j’ai pris des photos de tout. Mais je me souviens très bien de cette image particulière. Ma grand-mère aimait beaucoup coudre sur une machine à coudre, une belle lumière douce traversait la fenêtre. L’angle par le bas a donné une dynamique à l’image, comme sur les photos d’Alexander Rodchenko. Lorsque j’ai montré cette photo à ma grand-mère, elle a été très surprise, car personne ne l’avait jamais prise comme ça. Elle était très heureuse et moi aussi !

Votre plus beau souvenir photographique

Ville provinciale, milieu des années 90, élections. Les musiciens de la capitale étaient arrivés. Ils se produisaient au stade central. L’entrée était gratuite. Mais il n’y avait pas assez de place pour tout le monde. Je suis attiré par les gens qui ne pouvaient pas entrer au stade. J’ai pris une photo d’eux escaladant la clôture, regardant à travers, essayant de voir et d’entendre. J’ai vu un groupe de femmes regardant leur rêve à travers une étroite fissure dans la clôture. À un moment, l’une des filles a été distraite par quelque chose, puis l’obturateur s’est déclenché. Elle ne m’a pas vu, elle était tout ailleurs dans ses rêves. Plus tard, cette photo sera incluse dans l’album Vyatka.

Le pire souvenir photographique

Le pire souvenir photographique est probablement lorsque vous voyez une histoire unique, et à ce moment, pour une raison quelconque, vous ne pouvez pas soulever l’appareil photo et le capturer.

Partager :