Partager :
grigoryants-yulia

http://www.yuliagrigoryants.com

Biographie

Yulia Grigoryants est une photographe indépendante Arménienne vivant actuellement en France. Née en 1984 à Bakou, en Azerbaïdjan, elle a fui le pays en 1988 avec sa famille en raison de la violence contre la population arménienne, qui a été suivie d’une guerre à grande échelle au début des années 1990. Elle a grandi à une époque de changements politiques et sociaux importants pour l’Arménie et la région, avec la transition du système soviétique à l’indépendance, un tremblement de terre dévastateur, cinq ans de guerre et des années de difficultés socio-économiques. Yulia a été présélectionnée pour le prestigieux prix Sony World Photography et a remporté l’or au Prix de la Photographie Paris dans Press / Feature Story en 2017. Un an avant sa nomination aux Lucie Awards annuels et le prix du meilleur nouveau talent aux International Photography Awards (IPA) -CIS). Les œuvres de Yulia ont été exposées en France à la maison du Conseil de l’Europe, en Angleterre, en Russie, en Chine, à la Maison des Nations Unies en Arménie et publiées à l’international, notamment au Washington Post et à Al Jazeera.

Cosmic Solitude est une exploration photographique de la solitude et de l’isolement, dans ce qui était probablement la plus grande station de recherche sur les rayons cosmiques à l’époque soviétique. Le projet documente la routine quotidienne banale des trois derniers employés de la station, située à 3300 mètres d’altitude dans les montagnes d’Arménie, où la neige recouvre le sol les deux tiers de l’année. L’isolement et la solitude sont ce que ces deux scientifiques et leur cuisinier vivent dans un endroit qui, autrefois, employait plus de 100 scientifiques et bourdonnait de vie. Chaque jour après le petit déjeuner, Karen Asatryan, 26 ans, retourne dans sa chambre pour vérifier sur son ordinateur que tous les capteurs de haute altitude mesurant les données du cosmos fonctionnent bien. Il est l’un des trois derniers employés travaillant à la station de recherche de rayons cosmiques à haute altitude sur les pentes du mont Aragats en Arménie.

La station étudie les problèmes de physique des astroparticules, de connexions solaires-terrestres, de météorologie spatiale et de géophysique. Si tout va bien, il peut rester dans sa chambre et passer son temps sur les réseaux sociaux. En cas de dysfonctionnement d’un capteur, il descendra de neuf étages où se trouve l’un des nombreux laboratoires et le réparera.  Après la chute de l’Union soviétique et l’indépendance subséquente du pays en 1991, ce fut une période de changements politiques et sociaux importants pour le pays et la région. L’effondrement de la situation économique du pays, cinq ans de guerre et l’introduction de technologies pour remplacer le travail manuel ont créé des espaces industriels désolés, jadis florissants avec les employés. Ces espaces sont les conséquences symboliques et visuelles des conflits et des transitions économiques et politiques, conséquences largement invisibles et ignorées par le monde extérieur, mais qui sont la preuve vivante d’une époque révolue.  Ici, où la neige recouvre le sol les deux tiers de l’année, Artash Petrosyan, 70 ans, travaille comme cuisinier depuis 32 ans. Maintenant, il passe ses journées dans le bâtiment vide où il cuisine pour 3, au lieu de 100.

 Votre premier souvenir photographique, la première émotion

Ma première grande émotion a été de couvrir le conflit dans les villages frontaliers d’Arménie, de rencontrer des gens coincés entre la guerre et la paix.

 Le photographe qui a suscité votre passion

John Stanmeyer.

 Votre première photo

Montagnes d’Arménie.

 Votre plus beau souvenir photographique

Lever du soleil à la station de recherche sur les rayons cosmiques Aragats, à 3300 m d’altitude, tout en travaillant sur « Cosmic Solitude ».

Le pire souvenir photographique

Récemment, lors d’une mission de photographie à Paris, j’ai été agressée par une femme qui détestait que je photographie une rue pleine de gens, y compris elle.

Partager :